HAROPA PORT, Projet, Travaux

La "chatière" : en quoi ça consiste ?

- HAROPA PORT

Publié le

Comment créer une « chatière » sur Port 2000 ?

La création d’un accès fluvial direct aux terminaux maritimes de Port 2000, tel que décidé par HAROPA – Port du Havre à la suite des diverses études et concertation publique préalable, consistera à créer une « chatière ». Matériellement, celle-ci visera à créer un chenal maritime (de 100 mètres de large pour permettre d’une part le croisement des barges en toutes conditions de marées et d’autre part pour garantir des courants admissibles dans le chenal), protégé de la houle par une digue (de 1800 mètres de longueur), entre l’avant-port du port historique et l’avant-port de Port 2000. Ce passage devrait permettre aux bateaux fluviaux (automoteurs et convois poussés) d’accéder et de quitter Port 2000 en toutes conditions météorologiques et de marées.

L’implantation de la digue et le tracé du chenal maritime ont été actés à la suite des études de trajectographie conduites à partir de « bateaux projets ». Ces dernières ont d’ailleurs démontré la nécessité de draguer cette zone à un niveau permettant un mouillage (*) de 4 mètres en tout temps.

(*) niveau d’eau minimal pour les barges fluviales.

Le choix et la composition de la digue qui protégera le chenal maritime 

Le chenal maritime sera, comme évoqué précédemment, protégé de la houle par une digue. Celle-ci, longue de 1800 mètres ressemblera structurellement à celle de Port 2000, installée il y a quinze ans et dont la tenue donne satisfaction, car sera « à talus » (par opposition à une digue dite « verticale »).

Afin de sélectionner le type de digue à mettre en place, des études ont été menées par HAROPA – Port du Havre, notamment pour vérifier si la digue sera stable sous l’effet de la houle et des décennales (conduites d’essais* sur modèles physiques d’étude de stabilité sous l’action des houles (EGIS-Oceanide). 

Pour protéger le chenal et palier à la houle, l’ouvrage sera composé de plusieurs couches successives : 

  • un soubassement en matériaux sablo-graveleux ;
  • un noyau composé de matériaux tout-venant-graveleux ;
  • des couches filtres constituées d’enrochements naturels ;

La carapace extérieure sera quant à elle, selon son exposition, composée d’enrochements naturels côté intérieur tandis que la partie extérieure (côté chenal de Port 2000), plus exposée à la houle, sera protégée par une carapace en blocs artificiels (béton) de type « acropodes » ou similaires.

Pour prendre connaissance des essais menés avec EGIS, cliquez sur les liens ci-dessous :